Il y a 70 000 ans, les Néandertaliens exploitaient intensément les lapins pour leur viande et leur fourrure

Résultats scientifiques Interaction Homme-Milieux

Jusqu'à présent, l'exploitation du petit gibier par les Néandertaliens était encore considérée comme anecdotique ou occasionnelle. L'analyse des restes de lapins vieux de 70 000 ans provenant du site archéologique de Pié Lombard dans les Alpes-Maritimes, a permis de démontrer que les lapins étaient au cœur de la sphère socio-économique des groupes Néandertaliens, aussi bien pour la consommation de leur viande que pour le traitement de leur fourrure. Cela implique l'utilisation récurrente de techniques d'acquisition sophistiquées, auparavant connues uniquement pour les sites paléolithiques occupés par Homo sapiens. L’étude a été publiée récemment dans la revue Quaternary Science Reviews.

De nouvelles preuves archéologiques de la chasse au petit gibier par des sociétés humaines préhistoriques ravivent toujours les débats sur les différences comportementales et alimentaires entre l'Homme moderne et l'Homme de Néandertal. L'acquisition de telles ressources par les Néandertaliens dans le sud de l’Europe, et en particulier du lapin de garenne, ne souffre plus d’ambiguïté, étant donné le nombre croissant de preuves archéologiques attestant de leur capture dès le début du Paléolithique moyen (il y a 350 000 ans). Les préhistoriens cherchent désormais à savoir si le lapin était une proie occasionnelle ou s'il constituait une plus grande part dans le régime alimentaire et le système socio-économique de ces groupes humains. Cette question a été abordée par une équipe de chercheurs français des Universités d’Oulu, de Nice et d’Aix-Marseille, au travers une analyse détaillée des restes de lapins provenant du gisement archéologique de Pié Lombard, et publiée dans la revue Quaternary Science Reviews.

os lapin
Exemples de stries de découpe (pour dépeçage et désarticulation) et de cylindres diaphysaires (pour récupération de la moelle) observés sur les ossements de lapin à Pié Lombard.
© Maxime Pelletier

Localisé près de Tourrettes-sur-Loup dans les Alpes-Maritimes, le site archéologique de Pié lombard est un abri sous-roche occupé par des groupes Néandertaliens, il y a plus de 70 000 ans. Les fouilles menées par le préhistorien Pierre-Jean Texier, ont permis la mise au jour de plus de 16 000 restes osseux de lapin de garenne, représentant au moins 225 individus. Cette découverte en fait l’une des plus importantes accumulations de lapin connues à ce jour pour cette période. L’analyse de ces restes a révélé une exploitation récurrente et optimisée des carcasses de lapins par les Néandertaliens directement sur le site. La présence d’ossements brulés et leur fracturation intensive indiquent que la viande était consommée rôtie mais aussi que la moelle était recherchée. Cet exceptionnel assemblage permet également de formuler l’hypothèse inédite d’un traitement intense des fourrures de lapins par les Néandertaliens. Les résultats de cette étude sur la représentation des différentes parties anatomiques des squelettes ou encore la présence de stries de découpe diagnostiques localisées aux extrémités des pattes, plaident pour l’exploitation des peaux, qui semblent avoir été emportées ultérieurement par leurs artisans.

La fréquence élevée des restes de lapins à Pié Lombard est unique pour le Paléolithique moyen. Elle implique l'utilisation de techniques d'acquisition sophistiquées, auparavant connues uniquement dans des sites occupés par les Hommes anatomiquement moderne. Ces vingt dernières années, de nombreuses recherches scientifiques ont permis de mettre en avant des comportements remarquablement similaires des Néandertaliens avec ceux d’Homo sapiens (notamment l'enterrement de leurs morts, le port d’ornements personnels, l'art rupestre ou encore l'exploitation fréquente des ressources aquatiques). Les résultats obtenus à Pié Lombard portent ainsi un éclairage nouveau sur les pratiques de subsistance des Néandertaliens du sud de la France au début du Pléistocène supérieur (stade 5 de la chronologie marine isotopique), où les lapins pouvaient être pleinement intégrés dans la sphère socio-économique de ces groupes.

L’étude avance également que l'exploitation de ce petit gibier semble avoir été influencée avant tout par les conditions environnementales et les facteurs sociaux plutôt que par les différences biologiques et culturelles entre les Néandertaliens et les Hommes modernes.

 

Référence

The exploitation of rabbits for food and pelts by Last Interglacial Neandertals, Maxime Pelletier, Emmanuel Desclaux, Jean-Philip Brugal, Pierre-Jean Texier. Quaternary Science Reviews, Volume 224, 5 octobre 2019.  https://doi.org/10.1016/j.quascirev.2019.105972

Contact

Maxime Pelletier
Department of Archaeology, Faculty of Humanities, University of Oulu, Oulu, Finland.
Emmanuel Desclaux
Laboratoire départemental de Préhistoire du Lazaret & CEPAM (CNRS/Université Nice Sophia Antipolis)
Brugal Jean-Philip
Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe-Afrique (LAMPEA - CNRS/Univ Aix-Marseille /MC)
Pierre-Jean Texier
Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe-Afrique (LAMPEA - CNRS/Univ Aix-Marseille /MC)
Estelle Herrscher
Correspondante communication : Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe-Afrique (LAMPEA - CNRS/Univ Aix-Marseille /MC)